Les STIAM pour la petite enfance: bientôt dans nos maternelles?

Qu’est ce que c’est?

STIAM est plus qu’un simple acronyme qui fait référence à 5 disciplines  Sciences, Technologie, Ingénierie, Arts et Mathématiques (STEAM en anglais). C’est une façon de penser, une philosophie, une attitude que nous, les accompagnants (parents, professionnels), pouvons adopter pour aider les enfants à construire leurs connaissances en les “encourageant à penser d’une manière plus connectée et holistique” (J.M. Sneideman)

De prime abord ces disciplines peuvent sembler être de grands sujets pour les enfants de maternelle mais le fait est que les jeunes enfants s’engagent spontanément dans des activités STIAM au quotidien, simplement,  en jouant. Avec des blocs, les enfants construisent des maisons, des ponts et des rampes, intégrant l’ingénierie et les mathématiques.  À l’extérieur, les enfants résolvent des problèmes liés à l’approvisionnement en eau des douves de leurs châteaux de sable, ils apprivoisent les pentes avec leurs tricycles…

Adopter l’ approche STIAM c’est donner l’opportunité aux enfants de faire tout ce qu’ils aiment :

  • Se promener et regarder autour d’eux, explorer la nature, se mouiller, se salir
  • Construire avec divers matériaux
  • Dessiner, peindre, modeler
  • Avoir le temps pour jouer à l’intérieur et à l’extérieur

 

Cette approche est de plus en plus pratiquée dans le monde et soutenue par les gouvernements (Etats-Unis, Canada, Corée, Australie, Inde)

tour en bois et argile

L’apport des neurosciences:

Diverses recherches notamment en neurosciences nous ont permis de mieux comprendre le processus d’apprentissage. Nous savons maintenant (scientifiquement et non plus qu’intuitivement) que le succès des apprentissages est conditionnée par l’enthousiasme et le rôle de l’apprenant qui doit être au centre de l’expérience. La recherche montre clairement que la meilleure pratique d’éducation de la petite enfance est de rompre avec l’enseignement passif en permettant plus de jeu et d’investigation.

Lilian G. Katz, dans STEM in the Early Years , expose que la meilleure pratique pour l’éducation des jeunes enfants est de leur permettre d’être actifs, engagés et de prendre des initiatives dans leur propre apprentissage. 

Malheureusement, dans la plupart des écoles, les enfants sont dans un mode passif ou réceptif au lieu d’un mode plus actif, voire interactif. De plus, l’approche conventionnelle de l’enseignement qui vise à traiter les sujets isolément et hors contexte ne favorise pas les processus par lesquels les enfants apprennent le mieux.

L’éducation de la petite enfance devrait plus s’appuyer sur la curiosité naturelle des enfants et leur donner de nombreuses occasions de participer activement à leurs propres apprentissages. C’est d’ailleurs la base de plusieurs pédagogies dites “actives”ou “alternatives” telles que la pédagogie de Maria Montessori ou l’approche Emila Reggio (du nom de la ville).

C’est en leur permettant d’expérimenter, d’explorer, de manipuler et de poser des questions que les enfants développent leur pensée critique, leur raisonnement, cultivent leur curiosité et leur capacité d’investigation naturelle.

Au cours d’une approche STIAM/STEAM, les enfants prennent des risques réfléchis, s’engagent dans un apprentissage expérientiel, persistent dans la résolution de problèmes, adoptent la collaboration et travaillent à travers le processus créatif. Ils sont à la fois chercheurs, ingénieurs, artistes, maçon, négociateur, architecte..

main electrique stiam steam

Rôle de l’accompagnant STIAM:

Dans un contexte d’éducation STIAM, nous devons donner l’opportunité aux enfants d’étudier une idée dans des contextes variés pour permettre l’apprentissage contextuel. Par exemple, en plus des feuilles de calcul pour apprendre à compter, nous pouvons emmener les enfants dehors pour pratiquer le comptage d’objets réels qu’ils trouvent eux mêmes, tels que des roches, des glands ou des feuilles. Leurs apprentissages sont renforcés lorsqu’ils pratiquent les mêmes compétences, idées et concepts dans différents contextes.

 

En posant les bonnes questions (ouvertes), nous pouvons aider à stimuler les recherches lorsque les enfants identifient des objets, établissent des comparaisons, établissent des prédictions, testent des idées et partagent des découvertes, tout en observant leur environnement quotidien (naturel, en classe, en ville, à la maison…).

un enfant observe la nature

Voici un extrait du guide de l’enseignement STIAM du museé des enfants de Boston: Pour renforcer la confiance des enfants, nous pouvons leur poser des questions du type “que” plutôt que «pourquoi». “Pourquoi” implique qu’il y a une bonne réponse. “Pourquoi les oiseaux ont-ils des plumes?” ou “Pourquoi la pierre tombe-t-elle dans l’eau?” sont des questions qui ont des réponses que les enfants peuvent ne pas connaître et qui peuvent être décourageantes. D’un autre côté, les questions «que» se concentrent sur une observation et peuvent être le point de départ d’une enquête collective. “Que font ces fourmis?” et “Quelles formes voyez-vous dans ces rochers?” sont des questions qui invitent les enfants à observer, à communiquer et à être les «experts».

 

Les explorations STIAM soutiennent et améliorent l’apprentissage du langage, de l’alphabétisation et de la communication. Elle permettent aux jeunes enfants de rencontrer une grande variété de vocabulaire directement lié à leurs expériences en classe mais aussi quotidiennes au sein de leur famille. (French, L. 2004 Science as the center of a coherent, integrated early childhood curriculum. Early Childhood Research Quarterly, 19, 138–149).

L’accès à une bibliothèque bien fournie en ouvrages “spécialisés” est nécessaire pour accompagner les apprentissages STIAM (architecture, art, botanique, faune…)

Quelques pistes pour commencer:

  • Sortez explorer la nature. Je crois que personne ne me contredira si je dis qu’un jeune enfant laissé libre de marcher en foret explorera immédiatement son environnement. A travers ses explorations il  découvrira les tailles, les formes, les modèles et les quantités. Si vous n’avez pas accès à des zones naturelles ou même à un parc, vous pouvez planter un petit jardin, faire un terrarium, ou tout simplement commencer par cultiver des graines dans des tasses. Compétences utilisées: sciences, arts et mathématiques 

 

  • Cuisinez avec les enfants  pour leur permettre d’apprendre à partir de la vie quotidienne.  Recherchez une recette intéressante ensemble dans un livre ou en ligne. Suivez la recette en laissant votre enfant aider à mesurer, peser et mélanger. Compétences utilisées: sciences, technologie et mathématiques

 

  • Construisez des rampes pour tester quelles voitures, balles ou billes vont le plus vite. Utilisez une planche, une feuille de carton ou une petite table avec un côté surélevé pour faire une rampe . Essayez de rouler une variété d’objets, deux à la fois sur la rampe pour voir lequel est le plus rapide. Notez vos résultats (papier ou informatique), faites des graphiques. Compétences utilisées: ingénierie et mathématiques

piste à bille

  • Mettez en place des activités de construction avec divers matériaux. Donnez un défi tel que, “Quelle hauteur maximum peut faire la tour?” “Que peut-on faire pour empêcher la chute?” Mesurez chaque tour et enregistrez leur hauteur. Compétences utilisées: ingénierie et mathématiques

 

  • Explorez le primeur avec votre enfant, achetez des fruits et légumes que vous n’avez jamais essayés auparavant. Avant de couper les fruits et les légumes, demandez à votre enfant de prédire ce qu’il y aura à l’intérieur. Ensuite, avec un accompagnement bienveillant, demandez à votre enfant de vous aider à découper de petits morceaux. A l’aide de cure dents ou brochettes vous pouvez mettre en scène une jolie présentation. Invitez les membres de votre famille à une fête de dégustation. Faites un graphique qui montre les favoris de tout le monde. Compétences utilisées: sciences, mathématiques, arts

 

  • Jouer avec l’eau est un excellent moyen d’engager les jeunes enfants. Prévoyez un bassin à l’extérieur pour ne pas avoir à vous souciez des fuites. Fournissez des outils pour expérimenter: des bouteilles de différentes contenances, des entonnoirs, des rampes, des tuyaux….Compétences utilisées: mathématiques et sciences

sable enfant

 

Le dernier composant essentiel de l’approche STIAM est de laisser suffisamment de temps aux enfants pour mener leurs activités. Trop souvent, nous sommes contraints par les horaires. La résolution de problèmes prend du temps, surtout pour des jeunes enfants. Combattez l’envie d’aller à leur secours en pensant les aider. Laissez-les “lutter de manière productive” avec le problème. C’est la meilleure façon pour eux d’apprendre les techniques de résolution de problèmes qui leur seront utiles dans le futur.

 

Gardez à l’esprit que notre travail n’est pas d’enseigner aux enfants à être des scientifiques mais d’encourager le petit scientifique/artiste qui est déjà là.

Albert Einstein a dit qu’il a découvert sa théorie de la relativité à travers la musique.

Si je n’étais pas physicien,  je serais probablement un  musicien . Je pense souvent en  musique . Je vis mes rêveries en musique . Je vois ma vie sous des formes musicales. 

 Albert Einstein

 

Alors, est-ce que cette approche STIAM va être étudiée lors des prochaines assises de la maternelle (mars 2018) dirigées par Boris Cyrulnik à la demande de Monsieur Blanquer, ministre de l’éducation nationale?

 

Pas de commentaire

Poster un commentaire

Cette boutique est en cours de développement. Revenez nous voir très vite! Ignorer