Des petits obstacles du quotidien quand on est jeune, père et qu’on aime ça… Acte 1

Oui, ce titre est fort long…

Une fois ce constat passé, on pourra se pencher un peu plus longuement sur son contenu…

Avant d’aller plus avant dans le récit de mon propre vécu, je tiens à préciser que mon but n’est en aucun cas de choquer ou de provoquer mais simplement de donner à voir les choses sous un angle sensiblement différent

Ce titre donc…

Devenir père est une aventure…et comme pour toutes les aventures, il y a autant de façons de les envisager que d’aventuriers. Du futur papa dépassé par les événements au futur papa en pleine couvade en passant par le faussement détaché et par le trop malheureusement célèbre « futur-papa-qui-s’en-fait-pas-trop-parce qu’-après-tout-c’est-une-affaire-de-bonnes-femmes… » la gamme est large et en aucun cas je ne prendrais parti sauf peut-être pour ce dernier exemple parce que bon…faut pas déconner non plus…

A mon sens, il appartient à chacun de choisir la place qu’il voudra prendre dans la vie de l’enfant à venir. Pour ma part, cette place j’ai tenté de la prendre dès les premiers mois de la grossesse d’Alice qui dès lors est devenue NOTRE grossesse. Cette première façon de m’approprier ma part de bonheur mais aussi d’angoisses, de questionnements et de responsabilités dénotait déjà quelque peu avec les témoignages d’amis ou de proches, qu’ils soient hommes ou femmes d’ailleurs. Je vous laisse imaginer les diverses réactions et autres mines contrites lorsqu’au détour d’une conversation vous annoncez fièrement à l’assemblée que VOUS êtes enceintes de tant de mois…

Ce léger décalage s’est poursuivi durant nos cours de préparation à l’accouchement auprès d’une sage-femme libérale (je vous passe les mâchoires pendantes et autres silences assourdissants quand nous avons annoncé que l’accouchement de notre second enfant se ferait à domicile…j’y reviendrai…). Les préparations à l’accouchement disais-je…pour un féru du vivant, de la biologie et du corps humain comme moi et qui plus est avec une sage-femme aussi bonne vulgarisatrice qu’à l’écoute comme celle que nous avons eue, autant l’avouer tout de suite, j’étais a mon affaire…mais il a été néanmoins très déconcertant d’être témoin du manque d’intérêt apporté par certains de mes semblables à propos d’un sujet qui allait les toucher de très près, dans un futur très proche et qui allait profondément chahuter leur quotidien s’ils n’envisageaient pas la chose un peu plus sérieusement que comme une séance d’étirements sur des tapis de gymnastique et autres discussions utérines plus ou moins cohérentes à leurs oreilles.

Je ne dis pas que tout le monde devrait connaitre sur le bout des doigts les différentes phases de l’évolution d’un fœtus, simplement, il me semble important de comprendre ce qui se passe dans un corps qui n’est pas le nôtre, ce que nous ne pouvons ressentir et ce pour quoi nous sommes pour moitié responsables !

Bref, après être passé pour le fayot de service à l’école des futurs accouchés , il faut bien que je fasse état de notre rencontre avec l’univers hospitalier…je mentionne avant toute chose qu’il s’agissait d’une petite maternité de campagne et que les choses sont sans doute bien différentes ailleurs…(quoique…).

Ma chère et tendre étant atteinte de timidité téléphonique (seulement quelques cas recensés en France a ce jour), j’étais en charge de prendre les rendez-vous pour les échographies et autres examens d’usage…malheureusement il faut croire qu’autour du sujet de la grossesse et de l’accouchement, une faille spatio- temporelle s’est ouverte et a projeté les rapports hommes/femmes à une époque fort lointaine où le silex était a la pointe de la technologie et ou la massue et le gourdin étaient des arguments imparables. Aussi il me fut quasiment impossible de m’entretenir avec la madame du standard tant il lui semblait incongru qu’un individu de sexe masculin se penche de trop près sur une affaire qui n’était pas supposée être la sienne. J’ai même eu droit à toute une série de questions pièges sur des sujets sensés me pousser à l’abandon comme la date des dernières règles, celle de la dernière écho et autres semaines d’aménorrhée…manque de bol, je répondais juste à tous les coups et le comble de son agacement se soldait par un bien peu vaillant : « passez-moi donc vot’dame s’il vous plait… » qui cela dit n’est pas ma dame car nous ne sommes pas mariés…passons.

Fort heureusement dans notre cas, l’épisode peu agréable au sein de la maternité s’est arrêté là. Mais il faut bien dire que ma prise de position en tant que futur père intéressé et investi viscéralement par l’événement à venir n’y a pas été pour rien. Il est agréable de constater que le ton se fait plus doux et moins teinté de fausse bienveillance infantilisante et castratrice lorsqu’on a les bons arguments, les bons termes et les bonnes connaissances dans sa besace. Ainsi notre accouchement s’est déroulé sans autres accrocs et dans le respect de nos exigences et de nos convictions.

Et c’est alors que contre toute attente, après ces moultes péripéties et rebondissements, alors qu’on ne demande qu’à goûter sa paternité naissante, à s’en saisir, à l’éprouver, alors que les pièges et embûches semblent être derrière nous, alors que cette phrase va largement dépasser le kilomètre et demi et le quota de virgules, c’est alors donc que ce qui parait aller de soi peut prendre une tournure bien plus loufoque et que, comme ça, sans crier gare, on peut se retrouver dépossédé de la seule chose dont on peut vraiment dire qu’elle nous appartient : notre propre paternité…taratatsouin !

En effet, j’ai appris lors de ma première année aux côtés de ma fille et en recueillant çà et là divers témoignages que même une fois devant le fait accompli, notre société pouvait encore faire vaciller les esprits les plus sûrs et nous ramener gentiment a notre condition première de « petite graine ». Soit, j’aime la nature mais il faudrait voir à ne pas nous prendre pour des lapins de trois semaines.

A suivre…

Bastien.

 

Et vous, comment s’est passée votre entrée en paternité? Quels ont été vos petits ou grands obstacles?

N’hésitez pas à partager vos anecdotes.

 

 

Pas de commentaire

Poster un commentaire

Cette boutique est en cours de développement. Revenez nous voir très vite! Ignorer